26 avril 2016

Rigueur et cohérence institutionnels : cessons d'attendre du Conseil Constitutionnel ce qu'il ne peut pas - et ne doit surtout pas - faire !

Fronton de l'entrée du Conseil au Palais-Royal

A l'époque - de triste mémoire ! - du pugilat sur l'ouverture du mariage aux personnes de même sexe, d'aucuns espéraient en vain que le Conseil Constitutionnel déclare invalide la loi qu'ils affrontaient. Aujourd'hui, avec la très discutable loi qui transforme l'égalité de traitement des candidatures présidentielles en une "équité" conséquemment inégalitaire, d'autres vitupèrent la même institution pour avoir validé ce texte, allant jusqu'à remettre en cause la sagesse de ceux qu'on appelle couramment "Sages".

Dans ces deux cas, c'est faire bien peu de cas de la connaissance rigoureuse de nos institutions. C'est toujours, dans tous les cas, ne pas bien comprendre ce qu'est le Conseil Constitutionnel et, surtout, dans une dérive hautement dangereuse, espérer de ce dernier qu'il devienne ce que le fondateur de la Ve République, brandi pour tout et par tous - et surtout pour rien et par n'importe qui -, ne voulait pas qu'il devienne : une autorité politique.

4 avril 2016

Quatre-vingt-dixième anniversaire de la Princesse Napoléon

S.A.I. la Princesse Napoléon

Son Altesse impériale la Princesse Napoléon, née Alix de Foresta, fête aujourd'hui son quatre-vingt-dixième anniversaire. Issue d'une famille de vieille noblesse provençale aux fidélités légitimistes, rien ne la prédestinait à devenir une des figures les plus populaires et les plus appréciées de la Famille impériale de France.

Mariée le 15 août 1949 au Prince Napoléon, Louis Bonaparte, alors ultime membre masculin de la Famille impériale, elle est la mère et la grand-mère de tous les membres actuels de la famille Bonaparte. De son union avec l'héritier du trône impérial naquirent quatre enfants : le prince Charles et la princesse Catherine, nés en 1950, la princesse Laure, née en 1950, et le prince Jérôme, né en 1957. Par son fils aîné elle est la grand-mère de l'actuel prétendant au trône, le Prince Napoléon, Jean-Christophe Bonaparte, et de sa soeur, la princesse Caroline.

En épousant celui qui était déjà depuis 1926 le successeur de nos empereurs, elle devint impératrice de jure pour les fidèles de la grande famille qu'elle intégrait alors. Dotée de toutes les vertus de nos souveraines passées, elle aurait - à n'en pas douter - perpétué sur le trône impérial, si elle avait dû y monter aux côtés de son époux, le souvenir vivant et les gloires de nos impératrices.

A la mort du Prince Louis en 1997, elle devient - virtuellement - de par le divorce de son fils aîné, la Régente du jeune règne de son petit-fils. Si cette Régence n'aurait duré que jusqu'en 2004 si le Prince Jean-Christophe avait été réellement Empereur des Français, celle-ci, virtuelle mais pas moins essentielle, dure encore aujourd'hui, la Princesse Napoléon honorant de son haut-patronage toutes les cérémonies importantes du souvenir impérial.

Pour toute son oeuvre au service de la  Famille impériale, du souvenir des Napoléons passés et de la dignité de leur héritier dynastique, son petit-fils, Notre Prince, nous lui témoignons notre infinie reconnaissance et nous lui souhaitons un excellent anniversaire.
  
Au nom de tous les fidèles de la Cause impériale,
qui demeureront toujours de Votre Altesse impériale de fervents admirateurs,
nous vous adressons, Madame, mille mercis ! 

Vive la Princesse Napoléon !