19 juin 2015

[1815|2015] Cérémonies de Waterloo : la France représentée par ses princes

Son Altesse impériale le Prince Napoléon
©RTBF/La Une

On a beaucoup discuté de l'attitude officielle de la France aux commémorations du bicentenaire de la bataille de Waterloo. Aucune personnalité de premier plan n'a été envoyée par le gouvernement de la République française en dehors de son ambassadeur auprès de l'Union Européenne, et avant cela il s'était déjà opposé avec virulence à l'émission d'une pièce de deux euros frappée en mémoire de ladite bataille.

On a ainsi affirmé partout que la France n'était pas représentée à la cérémonie. Cela est faux : le gouvernement de la France n'était pas représenté mais la France elle-même, la Nation française, elle, l'était.

Représentée par deux membres de sa Famille impériale : le Prince Napoléon, l'héritier des droits dynastiques napoléoniens au trône de France, et son père, le prince Charles. Image touchante pour nous tous, bonapartistes, que de revoir ces deux Bonaparte que d'aucuns disaient fâchés et en conflit dynastique ; il n'en est évidemment rien, et il n'y a, dans la Famille impériale de France, aucune querelle de ce type. Le prince Charles Bonaparte n'a jamais prétendu à autre chose qu'à une position morale et historique qu'il exerce avec talent à travers ses ouvrages et lorsqu'il représente la cause napoléonienne à diverses célébrations. Quant au Prince, il est depuis 1997 le seul et unique prétendant à la Couronne, le légitime chef de la Maison impériale.

A tous ceux qui ont voulu transposer au XXIe siècle les querelles du XIXe en dressant les uns contre les autres de prétendus jéromistes autour de Charles et de prétendus victoriens autour de Jean-Christophe, à ceux qui ont voulu opposer un bonapartisme républicain et progressiste incarné par Charles à un bonapartiste monarchiste et conservateur incarné par Jean-Christophe, la Famille impériale elle-même a répondu par l'unité : nulle querelle, ni dynastique ni politique, mais la simple unité d'une cause que les membres de la Famille impériale servent avec constance.

Le Prince Napoléon était donc le représentant de la Nation française aux cérémonies de Waterloo. On a pu le voir à la RTBF, dans l'émission spéciale ou dans le JT, on a pu lire des portraits de lui dans plusieurs titres de presse. De nouveau, à ceux qui montrent une fidélité dynastique toute relative en voulant bousculer le Prince et en l'invitant sans cesse à casser sa neutralité pour entrer dans l'arène politique, cette occasion a montré où était la place d'un prince démocratique : dans une mission de représentation, de neutralité et d'unité, lui donnant une tribune particulière pour exprimer des positions de bon sens, comme la dénonciation par Son Altesse impériale de l'absence des autorités françaises lors de la cérémonie du 18 juin 2015 alors que la chancelière Angela Merkel avait accepté d'être aux côtés du président français le 11 novembre 2009. Une position princière que nous ne pouvons qu'appuyée.

Mais, de nouveau répétons le, si les autorités françaises étaient en effet absentes, la France n'en était pas moins représentée par ses princes. Et elle était sans doute mieux représentée par eux qu'elle n'aurait pu l'être par qui que ce soit d'autre.

Retrouvez les images de Leurs Altesses impériales aux cérémonies du 18 juin sur la page Facebook de Renouveau Bonapartiste.

6 commentaires:

  1. M.W

    Bonjour, Renouveau BOnapartiste

    Comment en effet ne pas s'émouvoir devant le geste de notre empereur titulaire ? lui qui aurai pût être le premier à haïr Waterloo décide de faire fi du passé et de représenter la France aux cours des cérémonies. Mais, pourquoi la République française boude t-elle cette cérémonie ? et pourquoi à t-elle voulu l'en empêcher. Ca ma fait rire de la voir vouloir interdire aux belges de faire leur pièce de monnaies : alors, elle (la République) nous fait tout un beau discours et une belle cérémonie le 11 janvier sur la nécessité de la liberté d'expression et voilà qu'elle l'a bafoue aux autres.


    Vive notre Empereur Napoléon VII qui lui au moins sait rendre hommage aux peuples.

    Cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Napoléon Ier. Napoléon II. Napoléon III. La liste de nos empereurs ne s'étend pas davantage. La tradition bonapartiste est totalement différente de la tradition royaliste qui accumule les numérotations imaginaires. Louis-Napoléon Bonaparte lui-même affirme cette tradition en 1852 quand il choisit de prendre le nom de "Napoléon III" et non de "Napoléon V", reconnaissant qu'il y a eu un empereur Napoléon II en vertu des Constitutions de l'Empire du 22 juin au 7 juillet 1815 mais pas davantage.

      Si les légitimistes défendent Louis XX et les orléanistes Henri VII, chiffres ubuesques si éloignés des réalités françaises, nous, bonapartistes dynastiques, ne sommes que les serviteurs des droits historiques du chef de la famille impériale, le prince Jean-Christophe, qui, s'il venait à être rappelé sur le trône deviendrait Napoléon IV Jean.

      Supprimer
    2. Bonjour, Renouveau Bonapartiste

      Je ne suis pas d'accord avec vous sur la numérotation de nos empereurs. En effet, je crois en la logique monarchique le roi est mort vive le roi, ici l'empereur est mort, vive l'empereur. L'institution royale continue de vivre dans chaque chef de famille et je pense que cela donne une légitimité de plus à l'institution. Alors pour moi, Jean-Christophe Napoléon Bonaparte restera toujours Napoléon VII.

      Cordialement

      Supprimer
    3. Bien sûr, si l'Empereur est mort, vive l'Empereur. Mais il n'y a pas d'Empereur en France sans volonté populaire. Les rois peuvent se perpétuer dans l'exil puisqu'ils ne reconnaissent pas l'origine populaire de leur fonction, celle-ci leur venant purement du sang ou de Dieu. Mais pour la Famille impériale, la logique est toute différente ; la légitimité est double, historique ET populaire.

      Le fils même de Napoléon III se refusait à ce qu'on l'appelle Napoléon IV parce que, selon lui, il ne pouvait être Napoléon IV sans que la volonté du Peuple français ne lui ait conféré un tel titre.

      Et je citerai même un extrait du discours prononcé par Napoléon III le 1er décembre 1852, à l'occasion de la restauration impériale. Laissons l'Empereur clôturer cette argumentation.

      " Je prends dès aujourd'hui, avec la couronne, le nom de Napoléon III, parce que la logique du peuple me l'a déjà donné dans ses acclamations, parce que le Sénat l'a proposé légalement, et parce que la nation entière l'a ratifié.

      Est-ce à dire cependant qu'en acceptant ce titre je tombe dans l'erreur reprochée au prince qui, revenant de l'exil, déclara nul et non avenu tout ce qui s'était fait en son absence ? Loin de moi un semblable égarement ! Non seulement je reconnais les gouvernements qui m'ont précédé, mais j'hérite en quelque sorte de ce qu'ils ont fait de bien ou de mal ; car les gouvernements qui se succèdent sont, malgré leurs origines différentes, solidaires de leurs devanciers. Mais, plus j'accepte tout ce que depuis cinquante ans l'histoire nous transmet avec son inflexible autorité, moins il m'était permis de passer sous silence le règne glorieux du Chef de ma famille, et le titre régulier, quoique éphémère, de son fils, que les chambres proclamèrent dans le dernier élan du patriotisme vaincu. Ainsi donc, le titre de Napoléon III n'est pas une de ces prétentions dynastiques et surannées qui semblent une insulte au bon et à la vérité ; c'est l'hommage rendu au gouvernement qui fut légitime, et auquel nous devons les plus belles pages de notre histoire moderne. Mon Règne ne date pas de 1815, il date de ce moment où vous venez me faire connaître les suffrages de la nation."

      Il en sera de même, si la Providence et le Peuple le souhaitent, du prince Jean-Christophe : son règne ne datera pas de 1997 mais de ce moment où nous viendrons lui faire connaître les suffrages de la nation. Les français ne comprendraient pas qu'on lui donne un septième Napoléon à eux qui n'en connaissent que trois. Et ce serait violer la tradition impériale.

      Supprimer
    4. M.W

      Bonjour, Renouveau Bonapartiste

      Je comprends votre point de vu mais pour moi, l'Empire a désormais une dimension monarchique : le chef de la famille impériale est de facto empereur titulaire de France. Et puis, j'ai une vision assez mystique des Couronnes : pour moi, le chef de la famille régnante n'est pas le propriétaire de celle-ci mais le locataire, la Couronne traverse les siècles et les individus. C'est pourquoi je considère Jean-Christophe Bonaparte comme l'Empereur titulaire de notre pays sous le nom de Napoléon "VII", avec des guillemets bien entendu, cela passe mieux.

      Bien entendu, je reste ouverts à la discussion, on pourrai crée une page là-dessus qu'en dîtes vous ? Une page où les partisans d'une tradition impériale plus monarchique et ceux de la tradition impériale là plus comment dire orthodoxe pourraient venir échanger.

      En parlant de ça, pourriez-vous faire en sorte que les sympathisants de Facebook viennent aussi poster sur le blog s'il vous plaît ? je n'ai pas Facebook et je me sens un peu seul de publier seul des commentaires.

      Cordialement

      Supprimer
  2. Merci pour votre article

    La France était bien représentée à Waterloo par son Prince. Qui d'autre peut incarner la France à part lui ?

    Personnellement, je ne vois pas qui a cette légitimité en France ... et ce n'est pas une élection tous les 5 ans à laquelle à peine la moitié des gens votent pour un bouffon ou pour un autre qui confère cette légitimité, sachant que l'élu ne représente qu'une partie de la France, le plus souvent contre l'autre ...

    Une petite anecdote personnelle :

    J'étais à un séminaire à côté d'Espagnols, de Belges et de Néerlandais. Ils parlaient du Roi d'Espagne qui allait rencontrer le Roi des Belges. Le Néerlandais a parlé de son Roi ... et a fait une plaisanterie sur notre président actuel en faisant allusion à un scooter ...

    J'ai eu honte pour la France. Aucun Prince pour l'incarner, la représenter. Je me suis senti diminué. J'ai eu mal à ma France, celle des Rois et des Empereurs, la véritable France ... Jusqu'où allons nous tomber ?

    Napoléon, au secours !!!

    RépondreSupprimer