3 février 2014

[Article événement] Les Rois sont morts ? Vive l'Empereur !

Son Altesse impériale le Prince Napoléon, entouré de Son Altesse impériale la princesse Caroline, sa soeur,
et de Son Altesse royale la princesse Béatrice de Bourbon-Siciles, sa mère.

La France est un pays fascinant. Pays européen le plus anciennement républicain - à l'exception des cas particuliers de la Suisse et de Saint-Marin - il n'en entretient pas moins, vis-à-vis de son chef d'Etat, un rapport quasi-monarchique. Le peuple français est toujours le plus prompt à se passionner pour la vie des familles royales étrangères et il témoigne, dans sa majorité, d'une réelle admiration pour son Histoire monarchique, alors même qu'il est célèbre à travers toute la Terre pour avoir tranché la tête de son dernier roi absolu.

Au moment de l'élection présidentielle de 2007, un sondage BVA indiquait que 17% des français seraient potentiellement favorables au remplacement du Président de la République par un monarque héréditaire. Le monarchisme aurait donc une force de frappe estimée à un cinquième de la population française. Et pourtant, le monarchisme agonise depuis de longues décennies ...

Pour nombre de nos concitoyens, la monarchie est un courant réactionnaire, intégriste et anti-démocratique, assimilé à un brutal retour en arrière de plusieurs siècles.

Alors que de l'autre côté de la Manche, la monarchie britannique atteint un taux d'approbation record de 80%, ici, en France, le monarchisme apparaît comme le courant politique le plus marginal qui puisse être. Alors que des millions d'européens vivent en monarchie, le monarchisme peine à exister en France, autrement que de manière groupusculaire.

Aujourd'hui, en 2014, considérant cette situation catastrophique, il est temps de le dire, de le démontrer et d'en tirer des conclusions nécessaires pour la survie de l'idée monarchique : le royalisme français a échoué.

Le royalisme français est mort.