31 décembre 2013

Voeux bonapartistes pour l'année 2014


Chères lectrices, chers lecteurs,
Compagnons de la cause bonapartiste,

Renouveau Bonapartiste est né il y a deux ans, en décembre 2011. Le chemin parcouru en ces deux années est formidable. Certes, nous ne sommes toujours pas grand chose, mais nous n'étions rien il y a peu encore. Aujourd'hui, une voix bonapartiste nouvelle et dynamique peut librement se faire entendre.

Le succès de ce blog est évidemment relatif, ne crions pas au triomphe ; mais avec un public limité comme le nôtre, félicitons nous de nos scores. Renouveau Bonapartiste accueille chaque mois autour de 2000 visiteurs, et cela depuis le printemps dernier. En juillet dernier, le site a été visité près de 2500 fois. Scores modestes mais enthousiasmant pour le blog d'un simple citoyen se déclarant fidèle à une idéologie si profondément marginalisée depuis de longues décennies.

Ces fondations sont pleines d'espoir pour l'avenir de notre mouvement. Significativement, le jeudi 5 décembre dernier, la radio France Culture m'a contacté pour réaliser une interview sur le bonapartisme aujourd'hui en France. La diffusion, initialement prévue dans la matinale de la radio, a été déprogrammé par la disparition du grand Nelson Mandela, mais cette opportunité était une belle récompense. Espérons qu'elle se représentera pour faire renaître la voix bonapartiste et poser Renouveau Bonapartiste comme la référence bonapartiste qu'il aspire à devenir.

Tous ces encouragements nous invitent à persévérer dans notre projet, celui de bâtir un bonapartisme rénové, moderne, libre et indépendant, au service du XXIe siècle.

Je vous souhaite, à toutes et à tous, une merveilleuse et excellente année 2014.

Maxime Michelet,
rédacteur du blog

30 décembre 2013

[2013] Retour sur une année d'engagement bonapartiste



A l'heure de laisser derrière nous 2013, jetons un dernier regard sur les douze derniers mois écoulés sur le blog Renouveau Bonapartiste, par un résumé de nos prises de position et de nos combats au cours de cette belle année.

A travers ces liens et ces renvois aux articles publiés durant l'année qui s'achève, c'est le visage de Renouveau Bonapartiste qui se dessine dans sa vocation de rénovation et d'indépendance.

28 décembre 2013

[Mise à jour] La popularité de Nicolas Dupont-Aignan



Que les aficionados de Nicolas Dupont-Aignan, révulsés à la simple idée qu'on puisse critiquer leur Guide, se rassurent : ce billet sera court. Il n'y a pas non plus d'acharnement particulier puisque nous restons en réalité fidèle à la dénonciation d'une seule chose (qui nous scandalise) : la manipulation des chiffres.

Nous avons déjà consacré un long article à la manipulation des chiffres de la popularité par Debout la République. Nous ne comptons pas nous répéter mais seulement nous mettre à jour puisque DLR a publié, samedi 21 décembre, un nouveau communiqué sur ce sujet. Sobrement intitulé "FOG désavoué par les Français" (comme si les sondages avaient quoique ce soit à voir avec la volonté souveraine du Peuple), le communiqué, signé d'un vice-président du mouvement, affirme : << la popularité de Nicolas Dupont-Aignan est en constante progression. Le tout nouveau baromètre Ifop/Paris Match des personnalités politiques, celui de décembre, le place au 28e rang sur 50 (avec 35% de bonnes opinions), devant les François Hollande, Jean-Marc Ayrault, Cécile Duflot, Bruno Le Maire et autre Jean-François Copé. Une nouvelle progression pour NDA, après celle enregistrée dans le classement du mois d'octobre où le Président de Debout la République signait déjà la plus forte progression du classement et atteignait la 29e place. De quoi donner raison au célèbre adage : "le peuple reconnaît toujours les siens." >>

Le graphique qui illustre cet article suffit à montrer que l'irrésistible progression de sa popularité est un fait très discutable. Mais cette fois, plus encore qu'en octobre, les manoeuvres de DLR sont évidentes. Ils évacuent très simplement les résultats de l'enquête de Novembre où Nicolas Dupont-Aignan perdait cinq points (de 39% à 34%) et sept places (de 31 à 38).

Voir une "constante progression" quand les chiffres baissent, quelle admirable pirouette. Ce type de manipulations politiciennes ne nous inciteront pas à cesser d'être de farouches opposants à Nicolas Dupont-Aignan.

10 décembre 2013

Les approximations de DLR (tome 2) : les élections régionales de 2010


L'approximation semble être une mauvaise habitude du parti Debout la République. Nous avions déjà montré comment ils arrangeaient la vérité autour de la courbe de popularité de leur président, Nicolas Dupont-Aignan. Aujourd'hui, c'est le résultat des élections régionales de 2010 qui est l'objet d'approximations "finement" calculées.

Un montage politicien que nous nous empressons de démonter.

7 décembre 2013

Le marinisme n'est pas un bonapartisme

Marine Le Pen

Dans un article publié jeudi dernier sur le site participatif Agora Vox, Julien Rochedy, président des "Jeunes avec Marine" et porte-parole relativement médiatique du "Front National de la Jeunesse", affirme, sans hésitation : le marinisme est un bonapartisme.

L'argumentation est intelligente et sans outrance. Elle pourrait facilement convaincre et il est même difficile de ne pas être en accord avec ce que dit ce jeune frontiste talentueux. Mais il suffit d'y réfléchir un peu et d'aller au-delà des formulations audacieuses de l'auteur pour établir qu'il fait erreur.

Pour nous, il y autant de parenté entre le bonapartisme authentique et le marinisme actuel qu'entre un homme et ses arrières-arrières-arrières-arrières-arrières-petits-enfants. S'il y a indubitablement quelques gouttes de sang bonapartiste dans le Front National, ce n'est pas un parti bonapartiste. Il ne s'agit que d'un avatar lointain et bâtard d'un noble idéal. Le marinisme est un bonapartisme dégénéré.

6 décembre 2013

Le dernier grand homme de notre temps est mort

Nelson Mandela

Nelson Mandela s'est éteint hier soir, 5 décembre 2013. La vague de tristesse et d'hommage qui a aussitôt submergé les réseaux sociaux comme les chancelleries du monde entier est remarquable. Certains cyniques sans âme, ne trompant l'ennui de leur existence que dans des théories idiotes, dénonceront cette réaction unanime de l'Humanité ; ils invoqueront le fait ahurissant que des hommes meurent chaque jour. D'autres, polémistes stériles, tiendront à rappeler que Nelson Mandela fut un partisan de la violence au début de sa vie.

La réponse à ces tristes personnes sera simple. La tristesse qui traverse le monde est la preuve que le message porté et incarné avec tant de force par Nelson Mandela nous touche tous, au-delà de nos divisions. Et nous en sommes davantage touché qu'il fut un homme et non un dieu, qu'il assumait lui-même ses défauts et ne revendiquait qu'un titre, "serviteur", et qu'il sut se libérer lui-même de ses erreurs avant d'en libérer tout un peuple. Nous apprenant que rien n'est impossible à la volonté des Hommes.;

Les larmes de l'Humanité sont des étincelles d'espoir.