20 août 2013

[Hommage] Centième anniversaire de la mort d'Emile Ollivier

Emile Ollivier

Il y a cent ans, jour pour jour, un personnage peu connu de l'Histoire de France disparaissait. Peu connu, si ce n'est aujourd'hui totalement absent de la mémoire collective de son peuple, l'Homme joua pourtant au XIXe siècle un rôle primordial dans la politique de son pays, assurant enfin, avant la réussite dans ce domaine de la IIIe République, une parfaite réconciliation entre l'Ordre et la Liberté.

Cet homme s'appelle Emile Ollivier. Personnalité unique, il est le premier (et avant-dernier) chef de Cabinet, c'est-à-dire "Premier ministre", du Second Empire. Si l'Histoire en avait voulu autrement, si elle n'avait pas trébuché sur la rouerie diabolique de Bismarck, il occuperait aujourd'hui une place éclatante dans la mémoire collective des français, et il serait, aux côtés de son empereur, Napoléon III, un des plus grands hommes de notre Histoire.

15 août 2013

Célébration de la naissance de l'empereur Napoléon Ier le Grand


Il y a deux cent quarante quatre ans naissait, en Corse, belle terre française, le futur général, puis Premier consul, puis enfin empereur Napoléon Bonaparte. Plus grand personnage que l'Histoire de l'Humanité ait jamais enfanté, il a marqué de son empreinte les imaginations de chaque français et de chaque européen. Stratège militaire le plus génial de l'Histoire, législateur à l'héritage sans pareil, personnage légendaire, Napoléon le Grand est une figure à laquelle il ne faudra jamais cesser de rendre un hommage amplement mérité.

En ce jour de fête impériale, pour célébrer la mémoire du premier empereur des Français, laissons la parole à l'intéressé. Voici, in extenso (à l'exception des nombreux codicilles d'inventaires et de légations), le testament de Napoléon. Dans cette dernière parole résonne une dernière fois l'éclatant génie de l'Empereur.

Bonne Saint-Napoléon à tous.

4 août 2013

La nouvelle route Napoléon : le chemin de retour des cendres de Napoléon III

L'Empereur

Il s'agit là d'une chose importante, si ce n'est primordiale, pour nombre de bonapartistes. Injustement insulté, sa mémoire malhonnêtement salie, notre dernier monarque, et premier président, repose en terre étrangère, avec sa femme, l'Impératrice Eugénie, et son fils, le Prince impérial, dans l'abbaye Saint-Michel de Farnborough (Hampshire). Il est plus que temps qu'ils nous reviennent.

Ma vision au sujet du retour des cendres de Napoléon III a déjà été développé dans un article antérieur. Ce qui m'apparaît le plus essentiel relativement à cette question c'est d'assurer à l'Empereur un retour dans la paix et l'unité nationale, l'événement ne laissant prise ni à une récupération politique indigne ni à une nouvelle entreprise de démolissage de sa mémoire. L'Empereur doit revenir au milieu de son peuple, auréolé de la gloire de l'héritage qu'il nous a légué, et sans qu'une seule polémique bassement politicienne ne puisse se greffer sur ce grand événement national. L'idéal serait qu'il nous revienne sous le règne de son lointain héritier.

Mais au-delà de ces contingences, et car il s'agit pour beaucoup d'entre nous d'un combat qui nous tient particulièrement à coeur, je veux vous proposer aujourd'hui un petit exercice d'imagination, purement littéraire, et en même temps engagé. En cette période estivale, où l'actualité est bien moindre qu'en des périodes moins ensoleillées, accordons-nous une petite pause de rêverie sans conséquence.

Imaginez, un instant, que nous sommes au début d'une belle journée de janvier, le 9, dans un avenir plus ou moins proche. La France, après des années d'oubli, se tourne, résolue et reconnaissante, vers son passé, et vers Napoléon III, dont elle organise le retour sur le territoire national. Récit.