30 avril 2013

Union sans rénovation n'est que ruine de l'âme

"La Rue Montorgueil", Claude Monet

C'est la dernière solution miracle à la mode pour lutter contre les crises multiples qui assaillent notre pays, crise économique, crise sociale, crise politique et crise morale : l'union nationale, plus exactement un gouvernement d'union nationale. Selon un sondage IFOP pour le Journal du Dimanche, 78% se déclaraient favorables à cette option politique et institutionnelle, tous les camps politiques y adhérant majoritairement, selon des degrés divers.

Mais au-delà de l'effet d'annonce, au-delà du slogan et de l'intention bienveillante, au-delà des bons sentiments, que devrait-on faire en France pour faire triompher non pas seulement dans la forme mais également dans l'idée une authentique unité nationale ?

26 avril 2013

Un non-débat attristant révélateur de toutes les faiblesses de notre vieille Nation

Hémicycle de l'Assemblée nationale

Le débat sur l'ouverture du mariage aux couples de même sexe est terminé. L'Assemblée nationale a adopté le projet de loi. Enfin ! Cet épisode politique peut enfin se clore, et la France retourner vers le calme et le sens de l'unité nationale. Pour certains, l'adoption de ce texte est une victoire, pour d'autres un revers.

Au-delà des clivages et des partis, nous, bonapartistes, nous reconnaissons que ce non-débat est avant tout une défaite pour la France, au niveau national comme démocratique. Après ces heures interminables, "le mariage pour tous" est adopté au prix d'un divorce national effrayant.

Retour sur un non-débat, sa médiocrité et tout ce qu'il nous dit sur l'état lamentable dans laquelle notre Nation, notre République et notre Démocratie sont arrivées en ce début de XXIe siècle.

23 avril 2013

A-t-on jamais vu l'Empereur en campagne sans troupe ni stratégie ?

Bonaparte, Premier consul

Cet article répond à une interrogation assez récurrente dans les mails que vous m'envoyez. Cela concerne l'évolution de Renouveau Bonapartiste en mouvement politique à part entière. Au-delà de ma réticence personnelle à toute forme de structure partisane, les raisons pour lesquelles nous demeurons encore au stade de blog sont assez claires et me semblent tout à fait cohérentes. Il y a peu, j'exposais les raisons pour lesquelles, selon moi, il ne faut pas abandonner la référence claire au "bonapartisme" ou à l'Empereur, ainsi que le symbole de l'Aigle ; aujourd'hui, je voudrais exposer les raisons pour lesquelles, selon moi, le temps de la structuration politique ne serait que vaine précipitation.

Petit retour sur l'histoire, les engagements et la vocation de Renouveau Bonapartiste.

22 avril 2013

L'indigne (et insupportable) M. Guaino

Henri Guaino à un meeting en faveur de Jean-François Copé le 27 octobre

Aucun mot n'est trop fort pour qualifier l'attitude impardonnable de M. Guaino. Il est une honte pour l'UMP. Une honte pour la Droite républicaine. Une honte pour le gaullisme qu'il ose prétendre représenter. Une honte pour la République. Et une honte pour la France toute entière, humiliée par ses pathétiques outrances à répétition.

Henri Guaino fait partie (avec Mélenchon, Le Pen, Montebourg, Boutin, Copé, Collard, etc.) des nombreux personnages carnavalesques qui ridiculisent et amènent le débat politique français au bord de l'hystérie permanente. Mais cet homme se distingue encore davantage par son talent inimitable pour agir invariablement comme le plus bas et le plus méprisable, le pire des factieux

Non seulement une honte pour notre Nation, cet homme est de surcroît une menace pour notre République.

20 avril 2013

Le retour des cendres de Napoléon III : où, quand, comment ?

Photomontage représentant la famille impériale à Chislehurst

En ce deux-cent-cinquième anniversaire de la naissance de Napoléon III, cet article entend répondre à plusieurs interrogations que vous m'avez adressées afin de connaître ma position quant au retour des cendres de la famille impériale en France. 

Peu de français le savent mais tous les bonapartistes se le remémorent avec émotion : l'empereur Napoléon III, l'impératrice Eugénie et le Prince impérial, leur fils, reposent aujourd'hui encore dans la crypte de l'abbaye Saint-Michel de Farnborough, au sud-ouest de Londres. Alors qu'ils ont tant apporté à la France, ils ne jouissent même pas d'une dernière demeure digne d'eux sur le territoire de cette Nation qu'ils ont si brillamment servie.

Le retour des cendres est une évidence. Oui, mille fois oui, la dernière famille impériale régnante de notre pays doit revenir parmi son peuple. Aucun bonapartiste ne saurait défendre l'option contraire. Mais l'art politique est une pratique exigeante qui a soif de précision, et affirmer seulement le caractère nécessaire de leur retour est un peu sec. De nombreuses questions demeurent. 

Quand ? Pourquoi ? Où ?