3 mai 2013

S.A.I. le Prince Napoléon, Jean-Christophe Bonaparte : chef de la Famille impériale de France, successeur de nos Empereurs, héritier de nos Rois et de nos Républiques

Son Altesse impériale le Prince
(c) Institut Napoléonien Mexique-France

Depuis le 3 mai 1997, Son Altesse impériale le prince Jean-Christophe Napoléon, arrière-arrière-arrière-petit-neveu de l'empereur Napoléon le Grand, est le chef de la Maison impériale de France suite à la disparition de son grand-père, le prince Louis, et ce de par les ultimes volontés du testament de ce dernier. Le grand-père du prince Jean-Christophe était lui-même le petit-fils du célèbre prince Napoléon surnommé Plon-Plon et dont les chefs de la Famille Bonaparte tiennent leur titre dynastique de Prince Napoléon depuis lors.

Peu connu du public, notre Prince n'est pourtant rien de moins que l'héritier historique des Rois et des Républiques qui ont fait la France, le parfait fils de l'Histoire nationale et le successeur dynastique de deux de nos plus grands chefs d'Etat. Il incarne par son titre le passé et la gloire de notre Nation tout en portant dans sa personne l'avenir et l'espoir de notre Peuple.

Nous, bonapartistes dynastiques, dévoués serviteurs de la Famille impériale de France, entretenons à son égard une ligne de la plus extrême clarté et qui pourrait être résumée en trois mots d'une grande simplicité : Confiance, Honneur et Fidélité.

NB : n'hésitez pas à découvrir les autres articles consacrés à notre Prince à et à Sa Famille, qu'il s'agisse de notre présentation passée et présente de la Famille impériale de France, de notre regard sur l'investissement et le parcours personnel du Prince  ou de notre compte-rendu de la présence des Bonaparte aux cérémonies du bicentenaire de Waterloo.

Le Prince Napoléon est né le 11 juillet 1986 à Saint-Raphaël, dans le département du Var, soixante-six ans jour pour jour après la mort de notre dernière impératrice, Eugénie de Montijo, le 11 juillet 1920. Cette date est un formidable résumé de ses atouts, tissés de jeunesse et de tradition. La dignité du passé et la modernité du présent se marient dans sa personne. Sa jeunesse est une de ses plus précieuses forces, faisant de lui le symbole vivant d'un héritage multiséculaire rassemblant toutes les hautes figures de notre passé, avec pour glorieuse clé de voûte nos deux empereurs.

Il est l'Histoire de France, sans exclusive ni anathème, intégralement, nationalement. Il représente aussi bien l'auguste majesté de nos Rois, de Clovis à Louis XVI, que l'étincelante gloire de nos Républiques, des fracas de la Révolution aux grandes heures de la République gaullienne. Et il est, bien évidemment, le fils de nos Empereurs, héritier d'un des plus grands personnages que l'Histoire du monde ait enfanté, Napoléon Bonaparte, et successeur de notre monarque le plus moderne et le plus audacieux, Napoléon III.

Pleinement fidèle à la tradition napoléonienne, il connait la dignité de ses droits historiques et l'importance de ses devoirs. Respectant scrupuleusement l'incontournable devoir de neutralité qui s'applique à tous les monarques constitutionnels d'Europe, il avance dans la vie selon ses volontés personnelles, déterminé à vivre libre, sans pour autant oublier ce que l'Histoire a voulu qu'il soit par naissance, affirmant "avoir un devoir d’engagement et de dévouement au service de la France."

Arrière-arrière-arrière-petit-fils du dernier frère de Napoléon Ier, le roi Jérôme, le prince Jean-Christophe est le second enfant et fils unique du prince Charles Bonaparte et de la princesse Béatrice de Bourbon-Siciles, tous deux nés en 1950. Sa mère est l'arrière-petite-nièce du dernier roi de Sicile et une cousine issue de germain du roi Juan-Carlos d'Espagne. Sa soeur aînée, la princesse Caroline, est née le 24 octobre 1980 et s'est mariée en 2009 avec M. Eric Quérénet-Onfroy de Breville, dont elle a eu deux enfants, Elvire et Augustin.

Dans les veines du Prince Napoléon coule la solidarité des familles royales et princières qui ont façonné notre Europe, vieille solidarité ponctuée de tant de guerres fratricides. Prince français et prince d'Europe, il descend, au même degré, du prince Napoléon (Plon-Plon) et du roi Léopold II de Belgique, ou encore du roi Jérôme Bonaparte comme du roi Victor-Emmanuel II d'Italie. Dans son ascendance générale se retrouvent de grands souverains de l'Histoire européenne : Léopold II du Saint-Empire, frère de Marie-Antoinette, George II de Grande-Bretagne, Philippe V d'Espagne, Louis XIII de France - et ce par ses deux fils, Louis XIV et Philippe d'Orléans. Dans son sang se côtoient aussi bien Napoléon et Saint-Louis que François Ier et Charles Quint.

Ne nourrissant dans son âme ni nostalgie mesquine ni revanchisme périmé, il vit pleinement dans la société de son siècle. Ayant réussi de brillantes études, il a travaillé dans la finance à Londres et à New-York, ne manquant pas de revenir à Paris pour honorer de sa présence la commémoration du 5-Mai ; il est actuellement étudiant à la prestigieuse université de Harvard. Encore jeune, le Prince Napoléon est à l'aube de sa carrière professionnelle qu'il poursuit selon sa volonté propre et sur laquelle il serait indécent d'émettre une opinion quelconque.  Nous ne doutons pas un instant que sa route le ramènera auprès des français bien plus vite que les pessimistes aiment à le penser. Un Bonaparte peut s'éloigner un temps, pour des raisons diverses et légitimes, de la terre sacrée de ses ancêtres, mais il ne peut jamais définitivement s'en détacher et finit - immanquablement - par y revenir.

Le Prince Napoléon offre le renouveau de la jeunesse et une position réellement au-dessus des partis. Il est une alternative crédible et moderne à la crise aiguë traversée par les institutions républicaines dont le continuel déclin menace et la souveraineté du Peuple et l'unité de la Nation. Il est le plus brillant espoir de l'institution multiséculaire qu'est la monarchie française, régénérée par le génie de la tradition napoléonienne. Contrairement aux autres maisons princières de France, la Famille impériale a notamment eu la remarquable sagesse de ne pas prendre part à l'attristant pugilat autour du Mariage pour Tous. De manière générale, c'est l'honneur de la Famille impériale de ne jamais céder aux sirènes mortelles des clivages politiques. Et ainsi, si les Rois sont morts, alors vive l'Empereur !

Le Prince Napoléon porte en lui un autre avenir pour notre Nation et notre Démocratie. Si, dans plusieurs années, les institutions républicaines venaient à succomber à leurs défaillances et que la Nation se retrouvait déchirée par des forces centrifuges et mise à mal par l'ingérence transnationale, le Prince Napoléon serait un recours naturel pour rétablir l'unité populaire et l'indépendance nationale.

Pour prévenir cette tragédie, il est le recours nécessaire pour régénérer la République sous une forme nouvelle avant qu'elle n'emporte avec elle trop de choses précieuses dans son effritement.

Là où Royauté et République s'opposent, l'Empire affirme Royauté et République. Là où certains cherchent à arbitrer l'Histoire et exigent qu'on fasse un choix entre le passé, le présent et l'avenir, l'Empire, forme napoléonienne de la monarchie française, choisit de marier le respect du passé, l'unité du présent et l'audace de l'avenir au service des seuls intérêts de la France et de ses idéaux généreux.

La monarchie impériale c'est la dignité de l'Histoire nationale, authentique et véritable, imposée au-dessus de la querelle des clans et des partis pour garantir le libre exercice de la Souveraineté du Peuple rassemblée dans le cadre solidaire d'une Unité nationale rénovée. Encore aujourd'hui, l'Empire, c'est la paix, l'Empire, c'est la France, une France unie, solidaire et souveraine à l'édification et au renforcement de laquelle le Prince Napoléon et la Famille impériale peuvent apporter une précieuse contribution.

Qu'il se manifeste au milieu de ses loyaux concitoyens et nous répondrons présent à l'appel de notre Prince. Il est notre chef symbolique, notre "président d'honneur" à vie, hors de toute organisation et de tout parti, dévoué à ses missions de promotion de la Nation, fidèle serviteur de son unité, de sa dignité et de ses plus belles idées. Nous savons que notre Prince s'affirmera dans l'avenir comme une autorité morale et historique capable de fédérer autour d'un nom qui n'a jamais perdu sa magie. Nous ne doutons pas un instant de cela. Nous savons que le prince Jean-Christophe Napoléon ne sera pas un prince de papier glacé ni un prince de sacristie mais un Prince au service des Principes inaltérables qui ont fait la gloire et le rayonnement de la France. Fidèles à l'institution monarchique et à sa Famille, nous sommes prêts à nous mettre au service de ses droits historiques et nous continuerons sans jamais nous lasser à promouvoir sa personne et sa dynastie.

Notre confiance se fonde dans le sentiment - irrationnel sans doute aux yeux de certains - de la fidélité dynastique qui nous anime à l'égard de la Maison impériale de France et de son chef. Mais pas seulement. Discrets par tradition familiale, préférant servir l'héritage napoléonien sans ostentation ni tintamarre, les princes de la Famille impériale n'en ont pas moins parfois pris la parole. Et chaque fois, qu'il s'agisse des sages déclarations de l'admirable princesse Alix de Foresta, Princesse Napoléon, grand-mère du prince Jean-Christophe, ou celles, plus iconoclastes mais non moins profondément sincères et pertinentes, du prince Charles Bonaparte, le père de l'actuel prétendant au trône, à chaque fois notre affection et notre dévotion pour cette dynastie n'en sont ressortis que plus invincibles. Et l'actuel Prince Napoléon lui-même a pu, par le passé, prendre la parole pour défendre l'héritage et la tradition dont il est le dépositaire. En 2006, dans un reportage sur France 3, il avançait ainsi, alors âgé d'à peine 20 ans, ces paroles aussi respectables que justes :

"Notre héritage est moins politique qu'historique. C'est pourquoi nous devons rester au-dessus des querelles politiques. Mais nous devons aussi être présents car nous aspirons à être un exemple, une référence." Ajoutant plus loin ces mots qui réchaufferont à coup sûr l'âme des bonapartistes dynastiques : "Nous vivons dans une démocratie, si un jour le peuple me demande d'avoir cette fonction, je l'accepterai s'il m'a donné son soutien au suffrage universel."

Nécessairement éloigné de la politique politicienne pour servir pleinement et utilement le Peuple, la Nation et l'Histoire, éloigné des contingences de ce présent obsessionnel dans lequel nos responsables politiques nous étouffent, le Prince Napoléon incarne l'Histoire et l'Espoir : il est, au service du Présent, tout à la fois notre Passé et notre Avenir.

Vive le Prince Napoléon et la Famille impériale.
Vive l'Empereur Napoléon IV Jean.
Vive la France.

38 commentaires:

  1. Si sa majesté affiche un pedigree défiant toute concurrence, il me semble cependant que ses choix professionnels l'éloignent du trône. En effet, comment quelqu'un, quelque soit ses qualités, peut-il espérer diriger la France au-dessus des partis et des intérêts particuliers en travaillant pour une banque (à l'intégrité douteuse...), qui plus est américaine. On ne peut briguer la fonction impériale sans avoir été, sa vie durant au service de la France (Louis XIV, l'Empereur, Napoléon III ou le Général en ont montré l'exemple). Choisir HEC et non Saint Cyr, Polytechnique ou l’ENA, travailler dans la banque et non l’Etat le décrédibilise. L’empereur ne peut être qu’au service de la France, son intérêt propre ne compte en rien, diriger la France est un sacerdoce non pas une fierté ou un droit. Le renouveau bonapartiste doit donc passer par l’adoption et non par l’hérédité, le sage doit choisir le sage pour le succéder. L’exemple ne doit donc plus être celui des parvenus mais celui de d’Hadrien choisissant les plus méritant. Antonin le pieu et Marc-Aurèle ont tout de même été plus efficaces que Charles IX…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Prince est encore jeune, laissons lui le temps de s'affirmer au service de la Nation. Notre devoir est de lui montrer qu'il existe encore un esprit national capable de rétablir la gloire des Bonaparte ; c'est en lui montrant le chemin du trône qu'on le ramènera dans le chemin de son devoir.

      Supprimer
    2. Je ne suis pas d'accord avec vous, c'est une vision passéiste de l'homme d'état que de l'engluer dans un archétype! Tout d'abord on ne choisit pas HEC, on réussit HEC, tut comme les concours que vous présentez comme étant les alternatives credibles et qui aujourd'hui ne créent plus que des techniciens des relations interntionales sans grand avenir de carrière car soumis à la réalité économique des réductions budgétaires et d'effectifs: Saint-Cyr, des gestionnaires sans grand charisme honi par le peuple: ENA, de futurs PDG d'entreprise recruté par la méritocratie républicaine et qui s'essuient sur Votre prétzndu "Service de la France" comme sur un paillasson. Dès lors poirquoi ne pas choisir l'entrepreuneur, celui qui sort du carcn étatiste et bureaucrate, qu'il vienne d'HEC ou non? Et pourquoi pas le simple professeur aux idées assez claires et au charisme assez sûr pour diriger la France? Tous ceux qui se réclament du bonapartisme et qui adhèrent aux valeurs du bonapartisme ne sont ils pas bonapartistes et donc digne de se représenter comme héritier des Bonapartes? Une contradiction émerge, ou peut être un point de consensus, vous deciderez: faut il voir dans l'élitisme des concours, très scolaire, comparé par certains comme du bachotage, la source des élus bonapartistes? Doit on définir le représentant du bonapartisme sur un système de coefficient qui n'ont pas leur pareil pour cacher les personnalités aux parcours inclassables et pourtant si compétents? Élève Bonaparte 8 à Saint Cyr! 4 à polytechnique! Alors j'adhère dès lors avec votre dernier propos. Ce doit être par l'adoption et n'ont pas par "cet esprit de système" que le représentant du bonapartisme sera choisi par son peuple. Car qu'est ce que le bonapartisme, pour le citoyen lambda, par rapport aux monarchisme, si ce n'est qu'une nouvelle élite, une bete de concours. le lien entre le peuple et son représentant plus bonapartiste dans les veines que dans les idées ne peut que se consumer!
      Le mimétisme des schémas qui marchait par le passé ne sont que des batons dans les roues du char qui nous emmene vers le futur. Dès lors avons nous vraiment besoin d'un prince De sang quand nous connaissons déjà les idées à mettre en place? Les mimétistes, ou les dynastiques ne peuvent permettre au bonapartisme d'être un acteur dans le monde des idées contemporaines.

      "Of such fool the world enpugh afford
      Cits buy and build to copy Ducks and Lords"

      Supprimer
    3. Georges Pompidou travaillait pour la banque Rothschild avant d'être appelé par le général De Gaulle. C'est une preuve de modernisme de vivre dans la "vrai vie".

      Supprimer
  2. Je comprends que chaque billet soit soumis à votre approbation pour éviter les débordements(je viens à l'instant de poster un commentaire), cependant, il me semble que celui nuise au brassage des idées nécessaire au retour de l'Empire. Pourquoi ne pourrait-on pas s’inscrire sur votre site et dès lors publier des commentaires.Ceci dit, bravo pour votre site et votre admirable travaille.
    vaubanancy@hotmail.fr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis totalement d'accord avec vous, en tant que représentant de l'une des branches libérales et antidynastique du bonapartisme, je me sens parfois plus en dehors de cette mouvance. Je souhaite avoir mon mot à dire et c'est me placer à l'exterieur du bonapartisme, ou même balkaniser le bonapartisme en différentes mouvances opposés que de bailloner ceux qui portent un écho différent.

      Supprimer
    2. Il y a une limite à ne pas franchir dans les contre-vérités. Si les commentaires sont soumis à validation, aucun n'a encore été interdit, malgré la virulence outrancière de certains. Alors remballez votre indignation sans fondement.

      Supprimer
  3. Même le Prince Napoléon est affecté par la collaboration:

    "Jean-Christophe Napoléon a étudié au collège et lycée Saint-Dominique à Neuilly-sur-Seine, puis à l’Institut privé de préparation aux études supérieures (IPESUP) de Paris. Diplômé de HEC Paris, Jean-Christophe Napoléon travaille aujourd’hui à New York, depuis 2011, comme conseiller à la banque d’affaires Morgan Stanley. Malgré cette distance provisoire, entre lui et son pays natal, il « pense avoir un devoir d’engagement et de dévouement au service de la France. » Il souhaite « être un prince proche des préoccupations générales des Français (depuis New York !!), défendre une cause d’intérêt général (en travaillant pour une pieuvre financière qui a plongé le Monde dans le chaos économique et social !!!), présenter des idées et les défendre (promouvoir madame Lagarde & Sarkozy !!!), et contribuer à la promotion de notre patrimoine dans le monde (je ne dirai rien je serai grossier lol)».

    Et pour finir parmi ses like sur son Profil de Facebook, bien sur comme tous nos dirigeants aux ordres, la FRENCH AMERICAN FONDATION !!!

    Post scriptum à l'attention des rares bonapartistes dynastiques:

    Entre ce jeune apatride de la finance mondialisée et son père qui a fait alliance avec des autonomistes en Corse contre le Comité Bonapartiste même... Ce n'est plus pensable, ces personnes n'ont pas le rang ni pour diriger la Nation ni pour se hisser à la hauteur de cette magistrature suprême qui serait de toute façon uniquement symbolique et vidée de toutes substances vu la réalité catastrophique de la situation économique, politique, sociale du pays. D'ailleurs Le Prince Charles Napoléon avait déjà été écarté par son propre père comme indigne d'une telle succession c'est pour dire le niveau, d'ailleurs à l'époque le Prince n'aurait pas pu connaitre le parcours politico-professionnel que suivrait son petit fils...

    Enfin quand je vous lis vous émerveiller de son sang et de son pedigree, j'ai peine pour lui finalement, on dirait un animal de foire, comme si vous parliez d'un bâtard de races de chien... Car il faut le dire ce sang qui coule dans ces veines et que vous admirez est composé essentiellement d'ancêtres des aristocraties européennes qui ont combattu la Révolution & Napoléon le Grand jusqu'à la mort... Seriez-vous aussi atteint de syndrome de collaboration ??

    Mes amis conservez vos idéaux et principes bonapartistes et rejoignez la vrai lutte pour l'Indépendance de la France, celle qui correspond à vos cœurs, qui passe par le retour aux sources du républicanisme contemporain, le Programme National du Conseil National de la Résistance et l'achèvement de la Vè République tel que l'avait conçu son illustre Fondateur, notre Général De Gaulle.

    Cordialement,

    TY Duflot.
    Fondateur de France Citoyenne & Campagnes de France
    Secrétaire National aux anciens combattants & victimes de Guerres du Mouvement Bonapartiste.


    https://www.facebook.com/jcnapoleonbonaparte/likes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'emploi du terme "collaboration" est à peine exagéré ...

      Supprimer
  4. Je ne comprends pas comment on peut être bonapartiste sans soutenir le Prince Napoléon. Un bonapartiste non dynaste (tant qu'il existera une famille impériale) n'est qu'un républicain au pire, un jérômiste au mieux (bien que je ne vois pas de différence).

    Le Bonapartisme ne peut exister sans les Bonaparte !!! Et le bonapartisme a toujours eu pour but la restauration impériale, c'est à dire de porter le Prince Napoléon au pouvoir suprême, de façon définitive.

    Le Prince Napoléon incarne par essence, par nature, le Bonapartisme. Sans lui, ce ne peut être du bonapartisme, mais tout au plus un mouvement d'inspiration bonapartiste (boulangisme, sarkozysme etc.)aux déviances républicaines. Cela n'a rien à voir avec le bonapartiste et l'Empire.

    C'est bien entendu au Prince Napoléon (et à lui seul) que revient le rôle de définir le bonapartisme du XXIème siècle, de l'actualiser. La légitimité de le faire lui appartient à titre exclusif.

    Seul le Prince Napoléon pourra valablement faire renaître de ses cendres un parti bonapartiste digne de ce nom. Sans son action, les prétendus mouvements bonapartistes se déchireront sans fin autours de leurs chimères, de leurs petits chefs qui n'ont aucune légitimité à revendiquer la direction de cette mouvance.

    Seul le Prince Napoléon pourra unir ces mouvances autours de son action dans l'optique de nous sortir du régime républicain qui mène la France au chaos.

    Pensez à ce que serait la France si Sédan n'avait pas eu lieu, ou si Napoléon III n'était pas mort pendant son opération et avait repris le pouvoir ? Ou encore si le Prince Impérial ne s'était pas fait tué au Zoulouland ? Ou, soyons fou, si Napoléon avait gagner à Waterloo ?

    Le second empire a décuplé la fortune de la France quand la République décuple le montant de notre dette. Depuis 1870, regardez ce qu'est devenu la France !!!

    L'empire, c'est l'avenir, la fin de la bureaucratie, du parlementarisme, de la division mortelle de la France en républicains de gauche et en républicains de droite (avec des extrémistes de tout bord en embuscade prêts à tirer).

    L'empire, c'est la stabilité, la continuité avec un Empereur qui dure, qui n'est pas jetté au bout de 5 ans, qui a le temps de réformer et diriger la France, qui n'est pas l'esclave d'un parti, d'une caste, d'un syndicat, d'un lobby.

    Comment se prétendre bonapartisme en dehors d'une restauration impériale ?

    Imaginez si Napoléon ou Napoléon III avaient du, tout les 5 ans, faire une campagne électorale ? Que de temps perdu pour rien, que de risque de voir des guignols prendre les commandes.

    Le Prince Napoléon actuel (je parle bien entendu du Prince Jean-Christophe Napoléon), dispose, de part sa formation et l'expérience professionnelle qu'il est en train d'acquérir, de toutes les cartes pour relever et sauver la France.

    Qu'il se manifeste en ce sens et je serai son premier partisan.

    Merci pour votre blog qui m'a rassuré : je ne suis pas seul dans ce pays à être bonapartiste.

    Vive le Prince Napoléon, Vive l'Empereur et Vive la France

    RépondreSupprimer
  5. Comme il n'existe pas d'empire sans guerres , qui allons nous combattre, Washington? allons...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Affirmation dogmatique sans fondement. L'empire c'est une forme monarchique où le souverain porte le titre d'empereur. Et pas besoin de guerre pour donner ce titre. Ce commentaire me renforce dans ma conviction profonde que les vérités dogmatiques sont à vomir. Et l'anti-dogmatisme, c'est le fondement du bonapartisme.

      Supprimer
  6. A quand le retour de l'empereur ?

    RépondreSupprimer
  7. N'oubliez jamais le génocide pratiqué pendant la révolution envers les royalistes par Napoléon et ses sbires.
    Cependant , l'Empereur fut un grand homme au service des Français.

    RépondreSupprimer
  8. Une question que penser vous de France Bonapartiste, j'ai vue que il était pas cité dans les liens alors que vous cité DLR il me semble que il fonctionne ensemble

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour,
    J'estime que le bonapartisme consiste à développer la grandeur et la valeur de la France.Aussi faut-il s'engager dans une voie qui grandit le Pays.J'ai évoqué l'existence de nouveaux continents près de la France dans des commentaires sur internet alors que cela participe au progrès vers un pays ouvert aux grandes terres inconnues.Mes propos sont restés ignorés de la majeure partie des gens alors qu'une découverte importante s'est effectuée pour l'économie de la France.J'espère trouver de meilleurs volontés prochainement dans les mouvements français. Cordialement.

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour a tous !

    Juste un petit mot d'un Lyonnais conducteur de car qui, devenu papa, s'interesse a ce qu'il est et a son histoire.

    Aussi je me plonge en ce moment même dans les méandres complexes et obscures des pretendants au trône de france , c'est.... compliqué, mais aussi passionnant ! J'avoue me sentir plus proche au final des Bonapartiste que des Orléaniste ou des Bourbons, clairement même.

    Le besoin qu'un homme charismatique, volontaire, intègre et obligé envers les Français, legitime envers l'histoire de notre pays, se fait franchement de plus en plus sentir. Et ce doit être possible tout en vivant avec notre temps non ?

    Et puis je crois personnellement que les Français ont grandement besoin de pouvoir se sentir être fier d'être français, et ça passe aussi par la personne qui représente notre pays et franchement, nous ne sommes pas gâté depuis 20 ans, on peut même dire que depuis 7 ans c'est carrément la honte... entre jo Dalton Sarkozy et François barbapapa

    Mais j'avoue être troublé par l'idée d'imaginer le prétendant au trône de France etre une anonyme fourmi dans la sphère nauséabonde de la finance, des banksters et des "génies" des algorythmes et proto produits financier plus dévastateurs les uns que les autres ( Blythe Masters, si tu nous lis ).

    M'enfin bon, après tout, les hommes peuvent se réveler et devenir de grand hommes a tout âge et dans toutes situations ! Il est jeune, a tout le temps de se construire et de tracer son chemin.


    Pour finir j'aurais donc une question : Quelle garantie de gouverner sans dépendance, compromissions, collusion envers les lobbys et les puissances sans patries de la finance apporte le fait d'etre l'héritier d'un des plus grand homme que la France ait connu ?

    RépondreSupprimer
  11. "Contrairement aux autres maisons princières de France, la famille Bonaparte n'a ainsi pas pris position durant le cataclysmique débat sur le Mariage pour Tous" Excusez moi mais je n'y vois pas de quoi s'auto-congratuler! Le mariage pour tous n'a pour but que de défaire les fondements de la famille or c'est sur la famille que repose notre société depuis toujours! Napoléon Ier avait une très haute estime pour la famille... Quand je lis l'arbre généalogique de ce "prince" outre le "melting pot" impressionnant voir invraisemblable je tiens juste à faire remarquer que ni l'honneur, ni le patriotisme, ni le courage, ni l'audace ... dont pouvait faire preuve notre grand Empereur ne sont pas génétiques!! Et même si ça l'était il y a un tel mélange de sang qu'il faut être bien naïf pour penser qu'il n'aurait que les qualités...

    Et comme le signalent quelques personnes se dire "altesse impériale de France" lorsque l'on travaille pour un géant économique étasunien aux Etats Unis, cela me fait doucement rire ...

    Un empereur doit faire ses preuves pour prouver sa légitimité!

    RépondreSupprimer
  12. Longue Vie au Prince Jean-Christophe Napoléon et à sa Famille.
    Vive l'Empereur, Vive la République et Vive la France.

    Jérôme Bournazel.
    Un Bonapartiste.

    RépondreSupprimer
  13. Je dois dire que sans la photo parue dans le Figaro.fr, je n'aurais eu connaissance de la descendance de Napoléon Bonaparte qui a beaucoup apporté au niveau des institutions et des règles et règlements y compris en Europe mais qui a aussi beaucoup nui. Ce débat sur le cursus de Jean-Christophe Napoléon est délicieusement passéiste. Qu'aurait on dit si ce jeune homme vivait dans l'oisiveté! Bien au contraire, il se frotte au monde de l'économie/de la finance, à tort ou à raison, mais l'effort est, selon moi, louable d'intégrer ces ressortissants royaux et impériaux à la vie moderne.

    RépondreSupprimer
  14. Bien séduisant et respectable est votre combat mais encore faudrait-il que le principal interessé soit un minimum concerné par la question -sa question finalement-. Et il en semble bien éloigné tant géographiquement qu'idéologiquement.
    Ses enfants, ce sera pire encore je le crains, car ils seront américains...

    RépondreSupprimer
  15. je veux bien être l'empereur, issu d'un milieu pauvre je connais les besoins des français, l'empire n'est pas un nom, c'est une pensée JP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'Empire n'est ni exclusivement un nom ni exclusivement une pensée. L'Empire c'est une idée ET une famille.

      Supprimer
  16. Et concrètement il fait quoi ? C'est maintenant que le pays a besoin d'une personne apolitique. L'empereur avait à coeur son peuple. Soit Jérôme se bouge soit il sera à jamais américain. Et sa descendance... Ne sera plus des nôtres

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Petit rectificatif : Son Altesse impériale ne travaille plus pour New York mais pour Londres.

      Supprimer
    2. Oups. Vrai merc. Je l'ai lu en plus.
      Le soucis est le même. C'est aujourd'hui que nous avons besoin d'un homme providentiel. Et que beaucoup de français on la nostalgie de nos grandes années. Ah mon avis le renouveau n'aura pas lieu. Pourquoi se mouillerait il?

      Supprimer
    3. Et j'ai dis Jérôme...hors je pensais à jean Christophe bien entendue.. Décidément ou ai je la tête

      Supprimer
    4. Laissons du temps au Prince, il n'a après tout que 29 ans (!). La princesse Napoléon a tout ce temps exercé une forme de "régence". Il y a une forme d'équilibre. Ayons confiance dans la famille impériale. Dans les années 1820, que ce soit l'Aiglon, le roi Joseph ou le roi Louis, les Bonaparte ne brillaient pas par leur présence. Mais dès les années 1830, le futur Napoléon III reprenait le flambeau.

      Patience et confiance. Si les bonapartistes commencent à douter de la famille impériale, rien ne va plus. Je ne suis pas très fan des récriminations perpétuelles adressées au Prince. Laissons lui le temps.

      Supprimer
  17. "L'héritier du trône", "prince français, héritier de nos Rois et de nos Républiques ', rien que cette phrase me révolte,la république démocratique française n'as pas besoin d'un roi ou d'un empereur, ni un descendant Bonaparte ni de la famille de france. La gouvernance de notre paye ne ce gagne pas par l'héritage mais par les urnes.

    Bonaparte 1 a été un dictateur mégalomane (qui l'a amené a sa perte), même si je l'avoue il a fait beaucoup de chose en peu de temps (même aujourd'hui beaucoup de ces créations sont encre présent, comme le code civique pour ne citer que lui). Mais napoléon 1 a transformé une république démocratique en un empire monarchique (pas top)

    Si un monarque (royaliste ou bonapartiste) revenais en France, je serais le premier a demander sa décapitation (même (une des plus grande fierté d’être français c'est que la france a été le premier pays a se débarrasser de sa monarchie)

    Il n'y a plus de prince en France ou de trône, la royauté est morte. Si Mr Jean-Christophe Napoléon veut gouverner qu'il se présente au élection, le fait qu'il soit un descendant de napoléon n’intéresse personne, seul les compétentes et les idées comptes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cette merveilleuse démonstration de haine républicaine ! Ah, la Liberté, l'Egalité, la Fraternité, la République, ses valeurs et tout ça, vous les incarnez à merveille avec votre envie de demander à ce qu'on décapite des gens parce qu'ils sont nés. Oui, parce que je comprends que l'idée de désigner un chef d'Etat par l'hérédité c'est discutable (encore que ça ne pose pas de problèmes à bien des peuples), mais alors exécuter quelqu'un à cause de son hérédité là c'est ignoble.

      Pour le volet historique, le Directoire abattu par Napoléon Ier était tout sauf démocratique, il faut réviser votre Histoire de France. Seuls les notables votaient vraiment et surtout le pouvoir ne cessait de multiplier coups d'Etat et manipulations pour changer le résultat des élections.

      Enfin, nous sommes des démocrates monarchiques, tout comme c'est le cas en Espagne, Angleterre, Belgique, Pays-Bas, Danemark, Norvège, Suède, Luxembourg, le chef de l'Etat règne mais ne gouverne pas. Les monarchistes démocrates le disent depuis deux siècles, il serait temps que vous sortiez de 1793 et que vous évoluiez.

      Mais je vous adresse de nouveau mes vifs remerciements, vous démontrez avec brio combien le républicanisme est haineux, obscurantiste et passéiste, ne cherchant pas à comprendre autrui mais juste à décapiter des monarques pour le simple crime d'être. Avec des républicains comme vous, l'Empire est rétabli dans la décennie ! Merci. Merci in-fi-ni-ment.

      Supprimer
    2. Tous les Napoléon ont été républicains, non ? Y-a-t-il incompatibilité avec la République ? pour ma part, je crois qu'il n'y a pas d'incompatibilité. Le retour d'un Napoléon me semble possible que s'il ressort comme le seul recours. Les élections régionales laissent présager pour 2017 une 5e République à bout de souffle. Le bonapartisme n'a d'avenir que s'il se projette dans l'avenir, non pas
      avec nostalgie mais avec enthousiasme et comme source d'espoir.

      Supprimer
    3. Eternel débat. Ce qui compte, à mon idée, ce sont les hommes et leurs actes, pas leurs paroles. On peut être un grand dirigeant dans un système monarchique et un piètre dirigeant dans un système républicain (et inversement, bien évidemment).
      Les faits, quels sont-ils ? Que Napoléon Ier ainsi que Napoléon III, pour diverses raisons, furent incontestablement des grands dirigeants, peut être parmi les plus grands de notre pays. Peut-on en dire autant du Président Hollande et de certains de ses prédécesseurs ? Que retiendra l’histoire du fugace passage au pouvoir de ces derniers ?
      Petit rappel pour les fanatisés qui pensent que c’est l’Empire qui a massacré les insurrections communalistes de 1871 (si si, j’ai lu ces inepties sur un forum), c’est bien la 3e République naissante de Thiers (avec l’aval de Gambetta) qui a perpétré ces massacres et la répression qui s’en suivie durant près de 10 ans sur l’extrême gauche de l’époque. Pour information également, au commencement de la guerre de 1870, l’Impératrice Eugénie, qui dirigeait alors le Pays, a refusé de faire charger l’armée contre les manifestations parisiennes.
      Par ailleurs, on ne peut que saluer les positions courageuses de la Maison impériale au cours du XXe siècle, notamment avec l’affaire Dreyfus et durant la Seconde Guerre mondiale. Comme quoi, le mal ne se situe pas toujours là où l’on nous le dit et le rappel de certaines vérités historiques est parfois bon à dire, même si cela va à l’encontre des thèses partisanes communément admises aujourd'hui.
      LS

      Supprimer
  18. J'ai 21 ans . Et je me suis intéressé très tôt à l'histoire ! Elle m'a été enseigner avec passion . Ce qui fait que j'ai toujours considéré notre histoire nationale comme un patrimoine qui m'a été légué . Un lien avec des siècles et des siècles ... J'ai la vive impression qu'aujourd'hui , cette histoire nationale est vide de sa substance ... Qu'on lui a retire une partie de sa gloire . Notre histoire nationale tend à être réduit à un simple divertissement ... À un passé ferme à double tour !! On s'y intéresse pour passer le temps en ne prenant pas au sérieux des événements pourtant primordiaux dans le développement de notre pays . Enfin ... Les français s'intéressent quand même encore beaucoup à l'histoire ( par le biais de reportages , de magazines culturels ou d'ouvrages spécialisés ... ) ils en conservent une fierté ( qui participe à notre unité nationale ! ) et restent curieux . La France est une des premières destinations touristiques ! Ma famille de sensibilité de gauche m'a prèsente l'empereur Napoléon comme l'homme providentiel, héritier de la révolution et des lumières , qui défendit la patrie contre une Europe monarchique coalisée contre elle. Celui qui établit les bases d'un état moderne, releva la france et exporta les idéaux de la révolution aux quartes coins de l'Europe en constituant un empire . J'admire cet homme "petit pruneau corse ", fils de commerçant et raille par ses camarades devenu général puis empereur ! Puis en grandissant j'ai découvert le côté "noir" du personnage et de son système politique : des conflits meurtrièrs ayant causés de très nombreux morts de fait d'une soif de conquête insatiable ! Un empire monarchique ... À sa tête un monarque absolu ... Une nouvelle noblesse ( qui côtoya d'ailleurs l'ancienne ... ) et qui retourna sa veste lors du retour sur le trône du roi Louis XVIII ! Les bonapartistes se regroupèrent plus tard avec légitimistes et orléanistes au sein d'un parti monarchiste aux premiers jours le la troisième république ... Personnellement je suis républicain et démocrate ! Catholique croyant et pratiquant , je suis profondément attaché au respect des convictions politiques ou religieuses de chacuns . Je trouve que défendre une cause est noble . Employer des arguments , défendre des principes et des idées ... Libre a chacun . Le bonapartisme est partie intégrante de notre héritage de français . Et voir des mouvements qui s'en réclament Qui vont à contre courant ( jusqu'à certaines limites ... Notamment en ce qui concerne la remise en cause de cette liberté d'exprimer ses idées ... ) . L'inpertinence est utile au débat démocratique à la vie politique économique et sociale d'un état . Je respecte l'empereur ! Je considère et reconnais son action pour la France ! ( adolescent je me suis intéresse au courant monarchiste en France, j'ai ainsi découvert le principe d'incarnation du pouvoir dans un homme assurant l'unité nationale , au dessus des partis et garant de la "bonne santé " et du bon fonctionnement de sa nation . ) vive l'empereur ! Vive la république ! Vive la France ! Bravo pour votre initiative . Anthony

    RépondreSupprimer
  19. ludwig napoleon21 mars 2016 à 16:51

    j'ai mon propre site, les héritiers de l'empire sur Facebook, j'y traite de la politique actuel en essayant d'y apporter un éclairage personnel et un sentiment, je vous y invite à débattre et commenter avec moi,nota bene l'empire républicain ne s'hérite pas, il se conquière, le reste étant affaire de vieille femme et de notaire.

    RépondreSupprimer
  20. Bjr,
    N'ayant pas FB, n'avez vous pas le principe identique sur Tweeter ?

    RépondreSupprimer
  21. la seul espoir en france c est le retour de l empire la notion de la nation et le retour de l autorité et l ordre ,les dirigeants de ce pays depuis 40 ans ont mis en pieces le pays notre nation bien aimée est dirigée par des corrompus,rétablissons un 3eme empire qui sera basée sur l ordre et l autorité une force de notre liberté et notre indépendance de notre nation bien aimée voulues par napoléon 1er et napoléon 3, et une chose que l empire ce n est pas la guerre l empire c est la paix citation de notre empereur bien aimée son altesse impérial napoléon 3, vive napoléon 1er et napoléon 3 vive l empire vive la france

    RépondreSupprimer