31 décembre 2012

Voeux bonapartistes pour 2013

En ce jour de réveillon de la Saint-Sylvestre, je veux vous adresser mes plus sincères voeux de bonheur et de santé pour la nouvelle année qui s'annonce. Je veux en profiter pour vous remercier de votre fidélité. Malgré le sommeil dans lequel le blog est tombé durant ces quatre derniers mois, vous n'avez pas cessé de devenir plus nombreux chaque semaine. Ce constat m'encourage à persévérer dans cet idéal de rénovation, chemin parfois difficile mais toujours passionnant que nous parcourons ensemble depuis un an.

Il y a un an et dix jours, le 21 décembre 2011, Renouveau Bonapartiste naissait avec la publication d'une modeste profession de foi. Les débuts furent difficiles et les premiers articles connurent un lectorat fort limité. Aujourd'hui, après un an de travail plus ou moins régulier, je suis fier de pouvoir vous annoncer que ce blog réunit plus d'une centaine de lecteurs réguliers, avec des records de lecture sur les articles principaux ayant trait au bonapartisme rénové. Ainsi, l'article consacré aux Dix commandements de notre mouvement a été lu près de 400 fois. L'appel du 15-Août, annonçant notre retrait de l'Union Bonapartiste et détaillant nos divergences avec France Bonapartiste, a eu quant à lui un peu moins de 1400 lecteurs. Et, enfin, record absolu pour un article auquel je n'imaginais pas tel succès mais dont la réussite satisfait pleinement le bonapartiste dynastique que je suis : l'article commémorant le quinzième anniversaire de l'accession du prince Jean-Christophe aux responsabilités de chef de la famille impériale a été lu par plus de 2000 personnes ! Cet article est devenu, d'ailleurs, dès sa publication, le premier lien référencé par Google (après Wikipédia et le profil Linkedln de Son Altesse impériale). Je vous remercie de votre confiance et de votre fidélité. 

J'espère que l'année 2013 sera celle d'une intensification des efforts relatifs à la rénovation du bonapartisme et à la rupture définitive et déterminée avec les dérives passées de notre courant d'idées. Il s'agira pour nous de prolonger le travail de réflexion et de renouveau engagé depuis un an, et de persévérer dans l'entreprise de sincérité et d'audace que nous avons choisi de mener. Pour assurer cela, continuez de diffuser et de partager nos idées et les articles de ce blog.

L'année bonapartiste s'ouvrira par l'anniversaire de la mort de Napoléon III, le 9 janvier. Une cérémonie en son honneur est organisée comme de coutume par le Souvenir Napoléonien à 18h30 en l'église Saint-Augustin de Paris (8e), sous la présidence de la Princesse Napoléon. Je vous invite vivement à vous y joindre si vous en avez la possibilité, ne serait-ce que pour voir la femme extraordinaire qui fut l'épouse du non-moins-extraordinaire prince Louis, notre Prince-Résistant.

J'adresse de nouveau mes voeux les plus chaleureux à chacun d'entre vous, et vous donne rendez-vous l'année prochaine.

29 décembre 2012

2012, année perdue : année de toutes les déceptions françaises


Et voici que s'achève la deux-mille-douzième année du calendrier grégorien. Enfin ! serions-nous tentés d'ajouter. L'année fut longue. Pas plus que les autres, matériellement, si on excepte le fait qu'elle fût bissextile ; mais, émaillée de nombreux évènements importants, et notamment de deux scrutins nationaux, elle ne cessa d'apporter son lot de déceptions à un peuple français déjà repu de déconvenues.

En cette fin d'année, retour sur une année politique chargée mais non moins perdue.

27 décembre 2012

Affaire Depardieu : un problème d'identité et d'intégration


La polémique n'en finit pas de s'éterniser, chaque jour nous apportant son lot de soutiens, critiques, contre-soutiens ou contre-critiques. D'un côté, l'opposition est trop contente, après un mois de crise interne hallucinante, de pouvoir taper sur le gouvernement ; de l'autre, le gouvernement est trop content de pouvoir taper sur les riches et, en filigrane, sur la Droite.

Ce n'est pas du côté de l'opposition que nous trouverons un avis éclairé, l'UMP hors du pouvoir étant encore plus outrancière et caricaturale que l'UMP au pouvoir. Ce n'est pas plus du côté du gouvernement que nous obtiendrons un avis mesuré : les propos de Jean-Marc Ayrault qualifiant l'exil de l'acteur de "minable" sont parfaitement ... minables.

Fort de la position non-idéologique et non-partisane du bonapartisme, cherchons ce qu'il y a véritablement derrière cette affaire, anecdote disproportionnée qui n'en cache pas moins de profondes leçons sur notre vie démocratique et les problèmes fondamentaux de la Nation.

24 décembre 2012

Communiqué. "Renouveau Bonapartiste" se félicite que "France Bonapartiste" ait modifié son programme suite aux critiques que nous avions formulées : nous appelons à redoubler de volonté et d'audace dans la rénovation du bonapartisme.



Nous avons constaté avec joie la réécriture du programme de France Bonapartiste dont tous les points ultra-libéraux et/ou néo-fascistes ont été supprimés. Ainsi, presque l'intégralité des propositions dénoncées par Renouveau Bonapartiste ont-ils été reconsidérées et n'apparaissent plus sur le nouveau site de la principale organisation bonapartiste.

Malgré toutes les critiques et toutes les injures que Renouveau Bonapartiste a subi, malgré toutes les défections et toutes les lâchetés endurées, nous constatons aujourd'hui la victoire de nos idées et de notre démarche. France Bonapartiste n'adopte pas nos idées, et telle n'était pas notre intention, mais il assume enfin la rupture avec une dérive séculaire qui entraînait l'héritage de nos Empereurs à sa perte, et tel est notre but primordial.

Nous regrettons le double langage des leaders bonapartistes qui ont critiqué vertement Renouveau Bonapartiste et, aujourd'hui, enregistrent la pertinence de son diagnostic en abandonnant enfin le chemin d'un Sedan perpétuel.

Cela nous permet de balayer les dernières insinuations déplacées en réaffirmant que rien de tout ceci n'avait été une question de personnes ou d'ambitions, comme M. Saforcada a pu l'avancer pour détourner l'attention de nos critiques ; il s'agissait bien là d'une critique strictement politique, d'une querelle lancée sur le plan strict des idées. Aujourd'hui, ces idées triomphent, et le soleil d'Austerlitz se lève sur un bonapartisme qui a enfin clairement et authentiquement choisi la voie de la modernité.

Nous ne versons pas pour autant dans la naïveté et n'oublions pas qu'il y a quatre mois encore, le site de France Bonapartiste affichait un programme d'extrême-droite "à la Poutine", programme pensé, conçu et écrit par des personnes qui demeurent aux manettes dudit parti aujourd'hui encore. Si lisser son image ne suffit pas, nous formons tout de même de sincères espoirs afin que la modernité et le progressisme de nouvelles opinions bonapartistes puissent émerger au sein de ce mouvement.

Nous continuerons à défendre une rénovation sincère et générale du bonapartisme, à défendre une rupture radicale et audacieuse avec le passé de ce courant d'idées : les changements décidés par France Bonapartiste qui viennent couronner notre sincérité et notre détermination nous encouragent à suivre le chemin que nous avons ouvert il y a un an. A travers les insultes, les caricatures et les méthodes du bonapartisme d'extrême-droite, nous continuerons à mener ce combat pour construire un bonapartisme sincère au service du XXIe siècle.

Aujourd'hui sonne la victoire de nos idées. La seule qui compte.